Les addictions et le manque de père

Voici un extrait de Bert Hellinger sur les addictions où il cite la cigarette et l’alcool.

Addiction

Extrait de Laws of Healing (Les lois de la guérison). Traduction personnelle

Les addictions apparaissent quand quelqu’un manque à une personne et lui sert alors de remplacement. Qui manque dans d’une addiction ? La plupart du temps, c’est le père.

Sans le père, on ne peut faire l’expérience d’être entier et complet. Alors, la terrible envie est la nostalgie de retrouver ce qui a été perdu, de telle manière que l’on puisse être entier grâce à son aide. Mais, comme l’addiction est seulement un remplacement, il ne peut satisfaire ce besoin. Alors, l’addiction continue… sans le père.

Comment peut-on aider les personnes dépendantes ? Comment peuvent-elles s’aider elles-mêmes ?

La dépendance la plus courante est la cigarette. Avant tout, cela les aide quand elles fument avec plaisir. La cigarette apporte alors la conscience de ce qui leur manque dans leur vie. Si elles veulent fumer, elles ressentent le manque de leur père par exemple. Aussitôt qu’elles tirent sur leur cigarette, elles imaginent leur père, aspirent profondément la fumée dans leurs poumons et, en pensant à lui, disent : « je te donne une place dans ma vie et dans mon cœur ». Et elles continuent à fumer jusqu’à ce qu’elles ressentent leur père à l’intérieur d’eux.

C’est à peu près la même chose avec l’alcool. Les personnes dépendantes boivent à la santé de leur père à chaque fois qu’elles prennent un verre. Alors, qu’elles boivent lentement et profondément, comme si elles buvaient leur père de plus en plus profondément, jusqu’à ce qu’elles se sentent en entier avec lui.

Que peuvent faire les mères ici ? Comment peuvent-elles aider leurs enfants dépendants ? En reconnaissant qu’elles ne représentent que la moitié des parents de leurs enfants. Au lieu d’éloigner leur enfant de leur père, elle les amène vers lui avec amour.

Ce mouvement commence avec la volonté d’une mère de voir et d’aimer le père dans les enfants en souvenir du moment où ils étaient ensemble. Ainsi, les enfants peuvent devenir complets et être en bonne santé.

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

, , ,

28 Responses to Les addictions et le manque de père

  1. sophie 20 février 2014 at 0 h 56 min #

    Bonjour!
    J’ai une question particulière à vous poser au sujet de l’addiction en génerale et de l’alcool en particulier.
    ces derniers mois j’ai participé dans le cadre de ma formation à plusieurs ateliers et curieusement deux cas semblables se sont presentés à peu de temps d’intervalle. Il s’agissait de jeunes hommes dans la trentaine. J’ai representé la mère de l’un deux.
    Je me sentais comme une plante toxique , d’ailleurs ceux qui m’approchaient s’endormaient. Le jeune homme arrivait vers moi et je l’enlaçais. au fond une rangée d’hommes dont certains en colère, tapaient du pied. Le jeune homme n’allait pas vers eux, leur tournant le dos.
    Le deuxième travail un peu semblable: le jeune homme ne va vers le cercle d’hommes qui attend impatient. (Lui si y est allé)
    Il n’était pas question d’addiction dans ces constellations. Simplement un accaparement des femmes qui empechent l’accès au père. (ce qui peut biensur conduire à l’addiction).
    L’image de ces femmes m’a tout de suite fait penser au matricentrisme breton et au problème d’alcohol en Bretagne. (Je suis bretonne, de Brest mais j’habite l’Espagne d’oú mon interet car je n’ai jamais assité à un atelier en France)
    Voici ma question: vous avez animé des constellations en Bretagne, dans le Finisterre, avez vous remarqué une forte tendance à ce probl`me d’accès au père? Si oui, pouvez vous faire un rapprochement avec l’alcoolisme?
    Je sais qu’il faut se garder des géneralisations mais je voudrais savoir si mon intuition est juste.

    Merci!
    Sophie

    • admin 20 février 2014 at 8 h 45 min #

      Bert Hellinger lie l’addiction au fait que la mère empêche le fils d’aller vers le père. Le fils boit au nom du père pour rappeler à la mère qu’il est bien le fils du père. J’ai animé des constellations sur ce thème en Bretagne. Une personne représentait un oncle noyé… Je pense que l’on peut peut-être remonter aux marins morts en mer, dont les descendants portent la mémoire.
      Sinon, ce peut être une dynamique de fils à maman, une identification à un partenaire précédent, un frère ou un grand-père maternel, ce que j’ai constaté. Ce qui peut expliquer l’enlacement de la première constellation.
      En espérant vous avoir éclairé sur le sujet.

      • sophie 20 février 2014 at 22 h 37 min #

        Bonsoir!
        Merci de me répondre!
        Oui, c´était exactement cela: empêcher le garçon d’aller vers le père. Et pour la première vous venez de me donner la solution car ce que je n’avais pas dit c’est qu’à un moment la mère -que je représentais- se sentait comme une amante, il y avait confusion..!!!
        Pour ce qui est de la Bretagne, la mer, les marins..oui, mais on a toujours énormément bu en Bretagne au bord de mer comme dans les terres. En fait, j’ai lu il y a longtemps un livre intitulé:  » Le matriarcat psychologique des bretons » de Philippe Carrier, reconnu ethnopsychiatre. Ecrit entre les années 70 et 80, l’auteur étonné de l’alcoolisme et des psychopathologies fréquentes dans le Finistère, découvre au sein des familles un thème récurrent: le matricentrisme. Le livre tente d’expliquer le lien entre alcool et matricentrisme. C’est une étude interessante de psychiatrie, d’ethnonologie, d’histoire et de sociologie. Par ailleurs le culte le plus important en Bretagne est celui de Sainte Anne représentée enseignant à lire à Marie. Jusqu’à peu en France on appelait les bretons  » adorateurs de grand-mères » . Ce qui est vrai: la figure de la grand mère maternelle est très importante.
        Le fond de ma question était de savoir si vous comme thérapeute aviez remarqué ce cas de figure plus que dans d’autres régions

        • admin 21 février 2014 at 14 h 22 min #

          J’avoue humblement ne pas avoir fait de statistiques sur le sujet. J’ai essayé avec une amie qui travaillait dans un centre d’alcoologie, mais je n’ai pas vu de GMM omniprésente. D’autant plus qu’il est préférable de chercher dans l’autre direction, vers le père et un homme à qui la personne qui boit est inconsciemment fidèle. J’ai eu récemment le cas d’un fumeur de cannabis identifié au grand-père paternel.

          • sophie 21 février 2014 at 17 h 28 min #

            Merci!
            Oui je comprends.
            En fait Philippe Carrier ne parle pas de GMM omniprésente (sauf quelques cas) mais il parle d’hommes infantilisés par leur mère puis par leur épouse. Souvent tout se dégrade à la naissance du premier enfant.
            Il a également fait dessiner à des enfants de Cm2 (en 1980) leur famille: pour les enfants « bretons ». Il remarque que la mère est dans la grande majorité des cas représentée en premier.
            De toute façon il est vrai qu’il vaut mieux chercher l’identification.
            Dans une chaîne comme celle-ci on peut être voir l’alcool comme une manière détournée de prendre la force du père alors que que la mère s’y oppose.
            Quand j’étais au collège (vers 1990) il y avait des garçons de 14 ans déja en cure pour alcoolisme… Cela me laisse songeuse.
            Mais c’est vrai : s’en tenir à l’identification!

          • admin 21 février 2014 at 18 h 19 min #

            Oui, c’est plus simple de s’en tenir à l’identification. De plus, cela permet de ne pas rejeter les gmm en les rendant responsables.

  2. sophie 21 février 2014 at 20 h 28 min #

    Tout à fait d’accord!!!!

  3. Lallie 13 juillet 2014 at 21 h 39 min #

    Bonjour,

    J’ai lu attentivement votre texte, et je le trouve très intéressant. Une question me vient à l’esprit concernant mon enfant, qui encore très jeune, le fait que son papa est décédé, est-ce qu’il va être attiré par une addiction, qui soit à l’alcool ou autre ?

    Merci pour cet article et ce que vous faites.

    Lallie

    • admin 14 juillet 2014 at 9 h 37 min #

      Non, je ne pense pas qu’il soit attiré par une addiction. L’important est que vous lui parliez en bien du père. Vos parents ont-ils perdu un enfant ?

  4. Isabelle 12 août 2014 at 8 h 39 min #

    Bonjour,
    Je ne fume plus mais je bois de temps en temps pour faire passer mes angoisses. Mon père est mort en 2007 et/mais il a été maltraitant… Je ne sais comment me positionner face à ça. J’ai encore en moi, dans ma « structure » j’ai l’impression tout ce qu’il m’a dit et fait et qui me définit encore.
    Que faire ?
    Un grand grand merci.

    • admin 12 août 2014 at 16 h 20 min #

      Différenciez le trauma personnel, la « maltraitance » à cicatriser par de l’EMDR et la dynamique, qui est d’accepter que votre père fut votre père, même s’il fut maltraitant, et que votre mère fut votre mère, même si elle ne vous a pas protégée.

  5. Isabelle 12 août 2014 at 22 h 44 min #

    Merci encore.
    Pour mon père c’est accepté je ne lui en veux plus. Pour ma mère c’est très vif, je suis très en colère contre elle :-/ L’EMDR j’en ai fait. Cela peut-il fonctionner pour cette colère ? Qu’est-ce que vous appelez la dynamique ?

    • admin 13 août 2014 at 8 h 10 min #

      Oui, normalement l’EMDR est efficace contre les traumas dont on a un souvenir. La dynamique signifie que cela peut être une émotion étrangère, celle de quelqu’un d’autre. Quand elle est étrangère, l’émotion ne peut se résoudre qu’en constellation familiale.

  6. Isabelle 13 août 2014 at 9 h 09 min #

    Je n’ai pas forcément de souvenirs précis mais une sensation forte en moi. Je vais reprendre mes recherches pour trouver un praticien en emdr.
    Merci beaucoup.

  7. Florence 3 septembre 2014 at 1 h 31 min #

    Bonjour,
    je trouve parlant cette relation entre addiction et recherche du père.

    Avez-vous une expérience de l’anorexie mentale (restrictive, sans crises de boulimie); on se réfère souvent à la mère mais la recherche du vide et son contrôle ne relève-t-elle pas d’une recherche du père?

    Et si oui, comment agir pour dissoudre tous ces schémas auto-destructeurs ?

    Merci pour votre éclairage

    • admin 3 septembre 2014 at 7 h 22 min #

      Bert Hellinger lie toujours l’anorexie d’une fille au père. Je l’ai constaté dans le peu de cas que j’ai vu. Le plus simple est de venir en constellation familiale.

  8. nathalie 6 avril 2015 at 21 h 17 min #

    mon fils est alcoolique depuis c’est 10ans et fumeur de canabis, depuis un an il a choisi de se libérer du canabis mais l’alcool est de plus en plus présente, merci pour c compression, son pèré a été maltraitant envers lui et moi m^me ainsi que sa soeur, depuis ma vie me conduit toujours vers des hommes alcooliques qu dois je comprendre ayant eu moi même un père alcoolique mais depuis qu’il a du diabète ceci est derrière et nous en avons parler librement il n’avait pas eu conscience de notre souffrance  » lui aussi avait peur de son père comme mon fils »
    merci pour l’aide que vous m’apporterer pour comprendre mon fils et mon compagnon

    • admin 10 avril 2015 at 12 h 44 min #

      Je ne peux vous donner une réponse sur mesure. Avez-vous perdu des enfants ? Avez-vous connu quelqu’un avant le père ? Ce pourrait être des dynamiques qui font que votre fils ne peux pas s’appuyer sur son père. Cordialement.

  9. Perline 20 décembre 2015 at 22 h 14 min #

    Bonjour,
    Je viens de voir votre page qui dit que « Les addictions apparaissent quand quelqu’un manque à une personne et lui sert alors de remplacement ».
    Je pense que c’est exactement le problème de mon fils, qui même si son père est là, il a toujours était manquant pour lui dans son enfance et même maintenant adulte (il a la trentaine). Depuis plus de 10 ans mon fils est alcoolique et est dans le déni total, il fume beaucoup aussi et depuis quelques années a déclenché un psoriasis énorme sur tout le corps et la tête. Je pense de plus en plus que ces addictions sont dues au fait que son père ne lui a rien apporté durant son adolescence et que maintenant adulte il n’a aucun repère et il est complètement déboussolé.
    Pensez vous que je puisse moi sa mère remédier à ce problème « du manque de père » en faisant une constellation familiale. Auriez vous des adresses à me donner sur le 33

    • admin 21 décembre 2015 at 8 h 12 min #

      Le fils indique ainsi à sa mère qu’il est fidèle au père en « embêtant » sa mère. Cela a l’air de réussir. Regardez la carte pour trouver quelqu’un dans le 33.

      • Perline 21 décembre 2015 at 21 h 54 min #

        Bonsoir, et merci de votre réponse,

        Mais je ne comprend pas vraiment pourquoi il indique à sa mère par se comportement qu’il veut être fidèle à son père, puisque son père ne sait jamais réellement occupé de lui étant jeune et ne lui a rien appris de la vie, alors que sa mère au contraire l’a constamment « materné » même un peu trop d’ailleurs?
        Merci de votre réponse.

        • admin 22 décembre 2015 at 10 h 23 min #

          Il prend inconsciemment parti de celui qui est critiqué par l’autre….

  10. Perline 22 décembre 2015 at 21 h 45 min #

    Merci à vous pour toutes ces explications.
    Bonne continuation

  11. Sandy 15 janvier 2016 at 11 h 55 min #

    Bonjour,

    J’ai 2 enfants (une fille de 5 ans et un garçon de 7 ans).
    J’ai fui leur papa, violent (violence morale principalement) il y a 2 ans.
    Monsieur ne me le pardonne pas et il y a aliénation parentale « votre maman est laide à l’intérieur », « votre maman a la tête à l’envers », et j’en passe.
    C’est d’une tristesse infinie, et normalement, je sais qu’on doit parler de l’autre parent en bien.
    Mais dans ce cas, c’est difficile puisque je suis agressée, qu’ils sont tristes pour moi, je leur montre que ça n’a pas de prise sur moi pour les rassurer, mais je me sens parfois maladroite avec eux. Je ne fais pas d’amalgame entre ma vie d’ex femme et ma vie de maman, je tente de les protéger au mieux, mais j’ai peur des futurs dégâts occasionnés. Je sais qu’un fils s’identifie à son papa, mais je crains cette identification à un modèle toxique.
    Mon petit garçon est au centre des stratégies de manipulation, ma fille ne compte apparemment pas (j’ai beaucoup lu sur la Perversion Narcissique et je pense comprendre la raison). Il y a tellement à en dire… Bref, que me conseilleriez-vous?
    Au plaisir de vous lire à nouveau,
    Sandy 🙂

    • Sandy 15 janvier 2016 at 11 h 58 min #

      Ah oui ! Précision importante selon moi: aliénation aussi par les grands-parents, qui ne m’ont pas non plus pardonnée d’avoir éloigné leurs petits-enfants et qui me tournent en dérision et propos dénigrants à mon égard. Ce sont les enfants qui me rapportent tout ceci.
      Moi je n’ai plus contact avec ces gens.

    • admin 15 janvier 2016 at 12 h 59 min #

      Sandy, avez-vous eu un avortement ? Il est à mon avis, plus simple de mettre des mots sur les sentiments que l’on vit (tristesse, colère…) en face des enfants, tout en disant que vous restez la mère. Ils perçoivent la réalité et cela leur permet de faire confiance en leur intuition.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Fumez-vous pour défier votre mort ? | Comment être en paix avec sa famille ? - 21 avril 2014

    […] Voici ce que dit Bert Hellinger à propos des addictions. […]

  2. Comment trouver un besoin supérieur à l'intention positive d'une addiction | Michel Diviné - 27 février 2015

    […] Boire permet de partager de bons moments et de noyer son chagrin. […]

Laisser un commentaire