Le complexe d’Oedipe démythifié

Vous connaissez sûrement le complexe d’Oedipe, mis à la mode par Sigmund Freud. Quel est le rapport avec son histoire personnelle ? Il fuma le cigare jusqu’à la fin de sa vie, bien qu’atteint par un cancer de la mâchoire et opéré plus d’une dizaine de fois. Ignorait-il que fumer tue ?


Sa signification est très simple. La voici, mise en scène et décryptée lors d’une constellation familiale de Sigmund Freud.

La généalogie de Sigmund Freud

Un article précédent l’a détaillé. Voici les grands traits de son histoire :

  • Sally, la première femme de son père Jacob, est morte à 42 ans. Son père s’est ensuite remarié avec Amélia, la mère de Sigmund Freud. Celle-ci a perdu un fils, Julius, ainsi qu’un frère, nommé aussi Julius, morts tous 2 de la tuberculose.
  • Sigmund, marié à Martha, eu plusieurs enfants, dont Sophie, morte à 26 ans de la grippe espagnole. Sigmund déclara son cancer de la mâchoire 3 ans plus tard.

La constellation familiale de Sigmund Freud

Le représentant de Sigmund et celui de sa deuxième femme se placent spontanément face-à-face. La mère de Sigmund est donc en colère contre son père. Cela arrive souvent quand la deuxième femme ne peut remplacer la première dans le coeur de son mari. Jacob n’a pas supporté la mort de sa première femme Sally.

Quand le représentant de Sigmund se place, sa mère veut le garder pour elle. En testant le frère et l’oncle paternel, nommés tous les deux Julius, Sigmund remplace à la fois le fils mort et l’oncle. Sigmund est donc un fils à maman qui remplace un frère de sa mère.

Ainsi, la colère de Sigmund vis-à-vis de son père, son envie de meurtre, n’est autre que la colère de sa mère qu’il reprend par amour. Et « l’envie de coucher » avec sa mère n’est que son désir de remplacer son frère ou son oncle.

Sophie et Sally

Sophie, la fille morte de Sigmund, est identifiée à Sally, la première femme de son père Jacob. Cette configuration est assez rare, d’être identifiée à la première femme de son grand-père paternel.

La constellation finale est la suivante :

Sigmund veut mourir pour rejoindre sa fille, identifiée à la première femme de son père. La configuration finale, qui réintègre Sally, est celle-ci : 

Où toutes les personnes sont en paix. En acceptant papa et maman, l’enfant ne prend plus la colère des parents.

Le mythe original d’Oedipe

Dans ce mythe, Oedipe tue son père et épouse sa mère. Son père biologique a voulu le tuer et Oedipe est un enfant adopté. Cela n’a rien à voir avec la dynamique de Sigmund qui croyait pourtant que son demi-frère aîné Emmanuel était son père et que Jacob était son grand-père.

En conclusion

Le complexe d’Oedipe au sens de Sigmund Freud n’existe pas. C’est ce qu’on appelle un poisson rouge. Toutes les solutions des psychanalystes passent par le complexe d’Oedipe et le meurtre du père. Sigmund a accusé ses disciples Jung et Rank du « meurtre du père ». Peut-être de reprendre la colère de leur mère contre leur père…. ou contre Sigmund.

Les sentiments sont, la plupart du temps, peu fiables. Alors, construire un mythe et tout un courant de thérapie sur un désir de meurtre, qui peut provenir d’un autre, sera peu efficace en terme de thérapie. Que faire ?  Si vous êtes en colère contre votre père, vous avez le choix entre deux attitudes réparatrices :

  • Si vous êtes une fille, appuyez-vous sur votre mère.
  • Si vous êtes un fils, appuyez-vous sur votre père.

C’est beaucoup plus simple et efficace qu’une longue et coûteuse psychanalyse. Dans les deux cas, vous résolvez une dynamique qui ressemble à une dynamique de fille à papa ou de fils à maman, celle de Sigmund. Cette colère ne justifie pas ce désir de mort qu’il eut à la mort de sa fille. La mort d’un frère et d’un oncle entraîne souvent un désir morbide s’exprimant par des dépendances telles qu’alcool, tabac ou cocaïne. Sigmund Freud a perdu un oncle, un frère et une fille. Ses théories et sa pratique thérapeutique ne lui furent malheureusement d’aucun secours.

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

, , , ,

Trackbacks/Pingbacks

  1. Quel besoin se cache derrière votre colère ? | - 27 juin 2016

    […] de ses enfants vivant pourra reprendre cette colère ou celle de l’enfant avorté. Ainsi, le complexe d’Oedipe, colère d’un fils contre son père, peut venir de la colère de sa mère contre son père à […]

  2. Quatre concepts philosophiques revisités | Brèves de picologue - 2 novembre 2016

    […] est un concept car il possède les occurrences de Oedipe, […]

  3. Zarathoustra, Dieu et la femme morte en couches | Comment être en paix avec sa famille ? - 14 septembre 2017

    […] Je poursuis avec la première femme du GPP qui est Dieu. Je teste aussi l‘ermite comme GPP et c’est OK pour les 2 représentants.  Quand Zarathoustra dit à l’ermite que Dieu est mort, il lui dit que sa première femme est morte et qu’il ferait mieux de s’occuper de sa femme vivante. C’est la même dynamique que le complexe d’Oedipe. […]

Laisser un commentaire