Quand est-ce qu’on arrête une constellation ?

Quand est-ce qu’on arrête une constellation ?

Voici un texte de Bert Hellinger sur l’arrêt des constellations familiales tiré de son livre « Allons de l’avant » paru chez Guy Trédaniel Editeur.

Participante : j’ai une question générale qui me préoccupe depuis hier. Selon quels critères mettez-vous fin à un placement de famille ? Je veux dire : il y a déjà eu, chez deux ou trois couples, des fins que je n’ai pas comprises. Je dirais, entre guillemets, qu’il s’agissait de fins « provocatrices ». C’est ainsi que je les ai ressenties. Je n’ai pas saisi comment vous mettiez fin et où. Pourriez-vous donner quelques explications ?

Hellinger : j’arrête toujours au point où se concentre le plus de force. Ensuite, les âmes continuent. Mon critère principal est : où y a-t-il la plus grande force ? On peut voir que la force s’en irait si l’on en parlait davantage. Toute discussion à propos d’un placement ôte de la puissance. On arrête au moment où l’on ressent la plus grande énergie. Sinon, on part dans les concepts au lieu d’aller dans l’action. Pour beaucoup de thérapeutes, cela constitue un changement d’attitude. Parce que nous avons l’habitude de reprendre et de retravailler les choses jusqu’à ce qu’il n’en reste rien.

Vous pouvez aussi lire l’article « Agir comme en passant » sur le même sujet.

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.