Hitler vu par Bert Hellinger

Voici un extrait de Bert Hellinger sur le rôle de la bonne conscience dans les conflits tiré de son livre « ein langer Weg » où Bert Hellinger répond à une question portant sur le film « Untergang », « La chute », contant les derniers jours d’Hitler.

Je peux voir Hitler comme un homme, sans l’excuser. Et je le vois, en ce qu’il a fait, comme étant en service. Il est frappant de voir comment ce film montre que personne ne pouvait échapper à Hitler. N’est-ce pas incroyable? Jusqu’à la fin, personne ne pouvait lui échapper. Que Speer lui rende visite dans le bunker et que personne n’ose le contredire – montre qu’une force violente est à l’œuvre. Qu’Hitler ait échappé à de nombreux attentats, qu’il aient tous échoué, me montre que ce mouvement doit sans relâche aller jusqu’à sa fin. D’autres forces sont aussi en jeu. Mais je n’ai pas besoin de voir le film.

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

2 réflexions au sujet de “Hitler vu par Bert Hellinger”

    • Entièrement d’accord. Il donne seulement un nom à ces autres forces, le grandtout, le grand esprit… A mon avis, c’est une manière de demander de faire preuve de modestie.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.