L’oncle maternel exclu de Boris Vian

Suite à l’exploration de l’écume des jours, j’ai voulu trouver qui représentaient les deux couples du roman de Boris Vian, le riche Colin et le pauvre Chick.

D'où viens-tu BorisSurprise, ils ne représentent pas la relation entre son père et lui, mais entre son père et un oncle maternel mort à 35 ans, explicitant le choix de sa mère. Voici donc sa constellation après un bref rappel de sa généalogie.

La généalogie de Boris Vian

Voici son arbre généalogique construit à partir de geneanet et du livre de Valère-Marie Marchand Boris Vian : Le sourire créateur  dont vous pouvez avoir des extraits en allant sur google books. Je l’ai complété par l’arbre qu’a dessiné Boris Vian lui-même et qui est dans le livre d’où est extraite la photo précédente D’où viens-tu Boris ? Il existe des différences entre les deux livres. Dans le premier, l’épouse d’un oncle paternel enterré vivant en 1918 se suicide alors que dans l’arbre de Boris Vian, c’est une tante paternelle qui se suicide.

Arbre Boris VianNous avons donc 2 oncles maternels qui sont morts jeunes, l’aîné Louis Raoul, qui fut ingénieur, mort à 35 ans et Fernand qui s’est suicidé à 22 ans.

Voici les faits marquants de sa famille :

  • Ses deux grands-pères sont morts jeunes. Son père a perdu son père quand il avait 7 ans et sa mère a perdu son père quand elle avait 5 ans.
  • Trois oncles et tantes sont morts jeunes : une tante paternelle, Henriette en 1917 et deux oncles maternels. Les parents de Boris Vian ont vécu avec la tante Alice et un cousin.

Ainsi, Boris Vian peut s’identifier à ses deux grands-pères ou aux deux oncles maternels. Sa mère Yvonne a sûrement cherché son âme soeur, son frère mort, en se mariant avec un homme mort à 47 ans, son père qui est probablement mort assassiné. C’est ce qui se passe généralement dans le cas de frère ou de soeur mort. Normalement, c’est plutôt le frère aîné qui prend le destin le plus tragique.

La constellation de Boris Vian

Nous allons d’abord placer la famille Vian, puis les personnages de son roman.

Le placement de départ : papa et maman Boris

Le père est à droite et la maman à gauche. Boris est intimidé par le père et trouve le couple « terrible ». En plaçant un oncle maternel, celui-ci est attiré par Boris. Boris est donc identifié à un oncle paternel, Louis ou Fernand.

Boris et sa femme Michèle

La représentante de Michèle vient à la droite de Boris, représentant ainsi sa mère. Je fais dire à Boris :

J’ai des tendances suicidaires, je vais mourir jeune.

Sa femme Michèle l’accepte.

La mort du père

Comme quelqu’un vient pour le tuer, il n’est pas d’accord. Boris est indifférent à la mort de son père. Il veut alors aller vers sa mère qui l’accueille à bras ouverts.

Jean-Paul Sartre et Michèle

Jean-Paul vient face à la famille et nous avons la configuration suivante :

Boris1

Michèle dit : « Si Boris va vers sa mère, je vais vers JP Sartre ». Boris avait sûrement du mal à s’appuyer sur sa lignée paternelle, intriqué dans l’histoire de sa mère. Il était ce que Bert Hellinger appelle un « fils à maman », identifié à un partenaire précédent ou un frère de sa mère, tout comme Sigmund Freud.

Les personnages de l’écume des jours : Colin, Chick et JS Partre

Laissons aller les personnages du roman vers les représentants de la famille :

  • Colin est l’héritier riche dont la femme meurt à cause du nénuphar. Son représentant veut se mettre à côté de la mère. Il représente sûrement un oncle mort.
  • Chick est l’ingénieur pauvre est bien à côté du père.
  • JS Partre va vers Jean Paul Sartre.

Chick n’est pas intéressé par Jean Paul. Nous avons les correspondances suivantes :

Boris3

Ainsi, Boris Vian fait donner de l’argent de l’oncle au père. Il donne le sens de l’intrication, le lien entre le frère mort de la mère et son père. La mère ne voulait pas parler de son frère Louis qui était ingénieur. Boris met en scène sa mère qui veut mourir pour rejoindre son frère mort.

En conclusion : l’intrication est avec l’exclu de la famille

Boris Vian était bien identifié à Louis Raoul, qui avait travaillé avec son père, avait suivi les cours de l’école Centrale et qui avait « veillé sur la fabrication automobile et piloté les modèles fabriqués par les Établissements Decauville : et ce, jusqu’à sa mort brutale à seulement 35 ans. Yvonne et Alice, ses soeurs, n’ont jamais eu beaucoup d’affinités pour lui, les deux femmes en parleront donc peu aux générations familiales qui suivront. » Il était marié à Célestine Nicolas et avait une fille qui ont rompu tous les liens à la mort de Raoul.

Boris fait le lien entre la mort de son père et celle de son oncle, même s’il n’en n’était pas conscient. Il est sûrement mort jeune pour sauver sa mère, morte après lui.

, , , , , ,

Trackbacks/Pingbacks

  1. Quatre concepts philosophiques revisités | Brèves de picologue - 3 novembre 2016

    […] Quand Sartre dit « l’enfer, c’est les autres », d’une part, il met son besoin personnel de paix ou de paradis avant son besoin d’échange ou d’empathie, d’autre part, il rend autrui rend responsable de son enfer personnel. Pas très sympa pour Simone de Beauvoir ou Boris Vian. […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.