Le surpoids selon Bert Hellinger

Le surpoids selon Bert Hellinger

Voici un extrait tiré du livre Finden, was wirkt, de Bert Hellinger concernant le surpoids.EcusIl m’est revenu une petite histoire en lisant ta lettre.

Nasrudin, le mollah, rêva une nuit, qu’un homme lui faisait compter dix écus dans sa main; à la neuvième, il s’arrêta. Alors, Nasrudin cria, « Je veux les dix ! » Sa voix forte le réveilla, et quand il comprit, il referma les yeux et dit : « neuf suffiront ».

P. S. Ressentir la faim signifie : je sais que je perds.

Pour aller plus loin, vous pouvez lire A la découverte des constellations familiales : De la théorie à la pratique, traduction de plusieurs livres qu’il a écrits.

4 réflexions au sujet de “Le surpoids selon Bert Hellinger”

  1. J’adore la sagesse de Nasrudin!
    Enfant, il m’arrivait d’avoir un reve reccurent, ou je me trouvais dans un entrepot rempli de jouets; je choisissais plein de poupées, je remplissais mon panier, et juste au moment ou j’allais me reveiller, j’avais un regret enorme de n’avoir pas su m’arreter et jouer à la poupée (j’avais comme l’intuition que les poupées ne pouvaient pas m’accompagner dans le monde reel et que j’allais regretter au reveil le temps perdu à les ramasser dans mon panier plutot que de jouer avec 😉

  2. En fait, en lisant ce billet de blog, j’ai pensé à tout ce que l’on porte et qui nous encombre, qui nous alourdit et nous empeche de « jouer » avec l’essentiel: le reve est pour moi un outil de « rangement » des idées; tout comme une constellation offre une solution à un probleme, le reve est une auto-constellation qui pointe du doigt le probleme (ici-l’encombrement, la course au « travailler plus pour gagner plus »), alors qu’il suffit de jouer avec ce qu’on a deja pour etre heureux!
    Pour dire, au final, comme Jean d’Ormesson: cette vie fut belle, malgré tout.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.