S’appuyer sur ses dettes plutôt que sur maman

S’appuyer sur ses dettes plutôt que sur maman

L’argent représente la vie. Mais que représentent les dettes ?

credit

Voici une constellation familiale selon Bert Hellinger abordant ce sujet vital.

La question initiale

La cliente se plaint d’avoir trop de dettes.

Le placement initial

Je lui demande de placer une représentante pour elle et une autre pour ses dettes. Elle place les dettes derrière elle.

dettes1 Elle s’appuie donc sur ses dettes pour vivre. Ce qui est logique, les dettes permettent de dépenser.

Les dettes et la mère

Je lui demande alors de placer quelqu’un pour sa mère. Elle la place à sa droite. Quand j’essaye d’interchanger sa mère et ses dettes, la représentante se sent mal à l’aise. Elle préfère s’appuyer sur ses dettes que sur sa mère. Je lui propose alors de choisir un représentant pour sa mort.

Les dettes et la mort

Sa mort est placée en face d’elle. Elle préfère encore ses dettes à sa mère. Il ne reste plus qu’à placer la mort de sa mère en face d’elle.

Les dettes et la mort de la mère

Ainsi, tout le monde va bien et les dettes sont moins importantes pour la représentante.

dettes2

En conclusion : accepter sa mort et celle de sa mère

Dans cette constellation, d’amener la mère n’a pas suffi. Il a été nécessaire d’amener aussi sa mort pour que la cliente l’accepte. Peut-être est-ce une manière d’accepter qu’elle est humaine ?

L’argent représente la vie, surtout celle donnée par la mère. Bert Hellinger le compare au lait maternel. Nous sommes en dette vis-à-vis de ses parents parce qu’ils nous ont donné la vie. Il est impossible de rétablir cet équilibre avec eux. Nous les remercions en étant au service de la vie, en ayant des enfants et en les éduquant ou d’une autre manière.

Si vous avez des dettes ou des remarques, laissez-moi un commentaire.

42 réflexions au sujet de “S’appuyer sur ses dettes plutôt que sur maman”

  1. Bonjour,

    Si je comprends bien vous associer le fait d’avoir des dettes avec celui de refuser l’aide de sa mère, ou d’être privé de l’aide de cette dernière ?
    Est-ce valable pour tout le monde ?

    Merci

    Cordialement

    • Je ne pense pas que ce soit lié au fait de refuser l’aide de sa mère, mais d’être en paix avec elle et sa mort, d’accepter d’être adulte…..

  2. Bonjour Michel,

    Cet article m’intéresse énormément. J’ai de dettes, de grosses difficultés financières récurrentes. j’essaie de m’en sortir. à chaque fois que l’horizon semble s’éclaircir un nouvel événement, que je dois laisser entrer inconsciemment, se produit et tout recommence. Depuis deux ans et demi j’ai entrepris un chemin spirituel et un chemin de réparation karmique. Je comprends mieux certaines choses.
    Toute ma gratitude.
    Brigitte

  3. J’ai assisté à cette constellation (observatrice). J’ai été touchée (à un niveau inconscient, car je n’ai pas de dettes). Justement, l’idée d’avoir des dettes m’a toujours fait peur, je ne comprends pas l’idée d’acheter à credit! Quand j’ai fait un credit pour un achat immobilier, j’ai tout fait pour le rembourser de maniere anticipé. En me privant souvent des vacances, des robes, des loisirs!

    Peut-etre que l’inverse veut aussi dire qq-chose? quand on fait tout pour ne pas contracter des dettes?

  4. Bonsoir. Passionnant. Je place direct ma dette, mon fardeau bien en face de moi. Et Elle me dit : je suis impossible à rembourser. Ma mère n est pas là.

  5. Bonjour,
    Suite d’une descente aux enfers et une dépression, aujourd’hui je manque d’argent et j’ai des dettes et je vis chez un ami qui m’héberge dans son petit appartement et j’attends le RSA. il y a 6 ans j’avais 70.000 euros sur un compte. A cette époque, tout allait bien boulot meme par intérim, je me débrouillais, appart, etc…. je vais chez mes parents comme d’hab, une semaine par an, en aout, dans leur grosse maison à Cannes. Comme à chaque fois, j’arrive euphorique, et au bout de 3 jours c’est à dire au milieu, ya un conflit, provoqué par eux, enfin j’ai droit à un procès dont je me serais bien passé au cours duquel mon père me dit « ferme ta gueule quand tu es chez nous » et ma mère me hurle « t’a raté ta vie ». quand mon père à la retraite dans le sud avec sa grosse maison payée, leurs 2 retraites confortables, m’envie parce que j’ai 70.000 euros et qu’il me dit que je devrais lui en donner, je suis tombée des nues, alors que je possède rien, mais que je m’en sors, que je suis en bonne santé tout va pas trop mal pour moi finalement, (je suis un peu artiste bohême pour eux ils l’acceptent pas) et je me prends un procès de 2 heures de reproches (que je comprends pas trop et surtout dit avec une telle hargne mais je reste stoïque et réponds). Cet épisode qui m’a en fait impacté plus tard, les mots sont revenus et leur poison. maintenant, je suis dans la demande d’aide de leur part. ils savent que je passe une période noire et dépressive. Je ne sais pas ce qui s’est joué là en toile de fond inconscient, mais ajouté à l’histoire d’amour éprouvante qui a été le détonateur d’une descente aux enfers, parfois je pense qu’ils ont activé quelque chose chez moi, dans l’inconscient, de l’ordre de la place, qu’ils ne me reconnaissent pas, me dévalorise, dénigre etc.. et que c’est injuste et douloureux à vivre pour moi. Ma question est-ce possible qu’ils aient activé quelque chose dans mon inconscient pour que je chute?? et comment faire dans cette situation? comment me pardonner de m’être foutue dans la merde et d’être aussi indigente? Comment me réconcilier avec eux et avec moi?? Merci

  6. Bonjour,
    J’ai 36ans et je rembourse des dettes depuis 5ans (je suis à la Banque de France…)
    A 29ans qd le banquier m’a donné l’état de mes comptes ça a été LA claque. Ma mère a refusé de m’aider. Depuis j’ai 1 salaire et 1 CDI mais je suis toujours à découvert et n’arrive pas à mettre de l’argent de côté. L’argent a toujours été source de conflits entre mes parents.
    Qu’en pensez vous?
    Merci

    • Les problèmes d’argent sont souvent liés à une tendance morbide, une envie de mourir plus ou moins consciente venant soit d’avortement, soit d’enfant mort des parents.

      • Je confirme que pour ma part, je suis née juste 8 mois (!!!) après que ma mère ai perdu un enfant né à presque 7 mois. C était un enfant « bleu »… Il a vécu 13 jours. Il N a pas été touché par ma mère elle N a pas non plus assisté à son enterrement . Mon père lui a semblé T il reproché de N avoir pas été capable de mettre cet enfant au monde… Cet enfant à pris toute la place dans notre family . Mes parents N ont jamais fait le deuil et à ce jour encore, il «  » compte «  » plus dans leur coeur, leurs pensées leurs comportements que les vivants… Cependant mes frère et sœurs ne vivent pas dans les dettes ils travaillent vivent en couple . Je dois ajouter que j ai subi trois avortements et plusieurs méningites exactement le jour de la mort de ce frère … Et ce bien sûr sans le savoir à L époque !!!! Je me sens prise au piège d un énorme réseau de non-dits morbides …

        • Eliza, désolé pour la réponse très tardive. Je viens de trouver ce mail dans la corbeille. Tu es vraiment dans un réseau de morts qui peut entraîner une certaine morbidité. Le plus important est tes avortements parce que tu en es responsable. Souvent la mère expie car elle ne veut pas les voir. Imagine les devant toi et leur dire « vous avez tous une place dans mon coeur ». Sinon, viens en constellations.

  7. bonsoir,
    alors si je comprends bien, mes problèmes financiers ne seraient pas dus au fait que je sois une incapable , mais en lien avec la mort…
    le décès de ma mère à mes 13ans, mes tendances suicidaires de très jeune femme, mon avortement il y a 6 ans, ma situation toujours dans le rouge bien que je ne sois pas flambeuse; et le manque de ma mère viscéral toujours aussi fort malgré plusieurs séances Demelt que je croyais avoir été radicales….
    comment guérir ces blessures ? je souhaite ne plus avoir cette boule dévorante au creux du ventre quand je pense à mes enfants qui ont besoin de moi et que je me trouve impuissante à rééquilibrer mon budget malgré tous mes efforts
    merci à toutes ces tranches de vies en témoignage qui m’aident à me libérer petit à petit et à vos réponses michel

    • Sandrine, vous avez compris l’essentiel. Allongez-vous au sol et dites « je reste ». Les traumas personnels peuvent se résoudre par l’EMDR si vous avez de la détresse. Sinon… constellations familiales. En attendant, répétez-vous « je peux être bienveillante avec moi », « j’ai fait du mieux que j’ai pu » et « je peux me pardonner ».

  8. bonsoir,
    Depuis 5 ans , je galère financièrement. Avec mon ex mari , nous avions une vie un peu confortable. Mais, un an après notre séparation, j’ai rencontré des soucis dans mes entreprises avec mes salariés et je me retrouve depuis avec des difficultés financières. Ma mère,elle a toujours eu des difficultés financière. je souhaite retrouver l’abondance financière pour mettre ma famille en sécurité, et pouvoir vivre plus sereinement. j’ai aussi appris que nous étions deux dans le ventre de ma mère mais que l’embryon n’a pas continué son développement. Qu’en pensez vous ?

    • Solange, c’est possible que cela vienne de cet enfant mort… Dans votre tête, c’est un garçon ou une fille ? Avez-vous perdu des enfants ?

  9. Merci Michel pour cette aide si précieuse.
    Mes trois enfants adultes ont des problèmes d’argent, contrairement à mon mari et moi qui sommes très à l’aise. Pas d’avortement, pas d’enfant mort pour notre couple. Vous semblez dire que le problème d’argent arrive par la mère, cependant c’est du côté du père qu’il y a des faillites et de grosses pertes d’argent chez ses parents et grands-parents, problème d’addiction du GPP au jeu et à l’alcool. On a fait une constellation des 3 enfants en même temps à ce sujet mais aucune amélioration n’en est sortie. Auriez vous des pistes à leur donner ?
    Bien à vous
    Catherine

    • Catherine, quel a été le résultat de la constellation ? Je pense que la dynamique doit être différente pour chacun, le premier fils pouvant s’identifier à son GPP…

  10. merci de cette réponse. Sans doute avez vous raison et aurait-il fallu faire une constellation pour chaque enfant au sujet de l’argent car rien n’a changé depuis plus de deux ans que la constellation a été faite. Maintenant de retour en France, je suis loin de mes enfants qui vivent au Québec et ils sont trop grands pour que je m’immisce dans leur vie du moins en ce qui concerne ce problème. Ayant été moi-même médiatrice en C.F. je peux prendre un certain recul mais je suis ici trop impliquée pour avoir une vue réellement claire de ce qu’il y a à faire. Peut-être mon mari pourrait-il faire une C.F. à ce sujet ? Il ne souhaite pas participer à des groupes mais il me semble que vous n’êtes pas très enthousiaste à propos des C.F individuelles ?
    Bien à vous
    Catherine

      • Merci mille fois. J’ai tellement fait cet arbre, peut -être y verras tu ce que je ne vois pas ? En prenant une sorte de retraite au moment de soigner un cancer du sein (droit !) en 2015 (derrière moi maintenant), j’ai négligé ce qui allait me manquer personnellement. Je peux faire quoi pour toi pour te remercier, recevoir est correct, donner est utile pour l’équilibre, non ?
        Bien à toi
        Catherine
        (mais comment t’envoyer le lien pour mon arbre ?)

  11. Bonjour
    J’ai moi aussi toujours été endettée. C’est comme un fardeau que je porte et que j’alourdis comme si je devais payer quelque chose.
    Ma mère est en vie, mais on ne s’entend pas du tout. Elle n’est pas accompagnante du tout et elle détruit tout ce qu’elle peut si on lui en donne l’occasion. Que ce soit par une parole blessante qui me déstabilise ou un comportement.
    Quel pourrait être le lien avec mon rapport à l’argent?
    Je vous remercie

    • Joane, dans les deux cas, c’est une manière de dire non à la vie, non à la vie donnée par la mère, non à la vie symbolisée par l’échange. Quand on a des dettes, on prends plus qu’on ne donne.

  12. Merci de cette réponse. En fait, je viens de me souvenir grâce à cet échange et en vous lisant que lorsque j’avais 12 ans environ ma mère était enceinte et qu’elle a avorté à ma demande. En tout cas, c’est comme ça qu’elle me l’a fait porter.
    Pensez-vous que je doive y chercher le lien?
    Merci encore

    • A mon avis le lien est là. Vous pouvez prendre la colère de l’enfant avorté envers votre mère et vouloir le rejoindre par culpabilité. Dites-vous en y pensant « je suis innocente, je n’avais que 12 ans » et « je vis encore un peu et j’irai te rejoindre ». Vous pouvez imaginer son sexe ?

      • Je ne sais pas pour le sexe. Je pencherais plus pour une fille. Mais je n’en suis pas sûre. Ce qui est curieux, c’est que je n’y pense pas. Je m’en suis rappelé en lisant ce fil de discussion en fait. Cette approche a ouvert une explication donc une voie vers la guérison. Je vous remercie de votre aide.

        • Si c’est une fille, dites lui « je reconnais que tu es la première et moi la deuxième. Je te laisse ta place et, en ton souvenir, je reste en vie, même si j’ai des dettes ».

  13. Bonjour

    Cet article m’a directement touché à sa lecture. J’ai toujours dépensé plus que je n’avais, et mes proches sont couverts de cadeaux. J’aime faire plaisir et me faire plaisir, mais c’est toujours suivi d’une Période de stress car naturellement ce n’est pas une position confortable. Je décide d’aller mieux et de me reprendre d’être plus raisonnable, mais inévitablement quelquechose va arriver de l’exterieur et je vais devoir dépenser cette fois sans me faire plaisir et je repasse dans le rouge…
    qu’est ce que cela signifie ?

    • Cela signifie que vous avez un indice de morbidité assez fort. La plupart du temps, c’est du à un avortement, la perte d’un frère ou d’une soeur ou de la non acceptation de la mère.

  14. Bonjour à tous et merci pour ces partages et à vous Michel pour votre générosité.
    De mon côté, je vis dans les difficultés financières, même si je me suis toujours débrouillée et que je vis dans la confiance que je m’en sors toujours. Mais j’aspire à une sérénité, à pouvoir vivre dans une certaine insouciance, même si tout est « gérable ».
    Je suis le « petit numéro 8 » de mes parents. Née 7 ans après le 7ème… lors de ma conception, ma maman était paniquée à l’idée de tomber encore enceinte. J’ai su très tard, passé 40 ans, que je n’étais pas désirée (oui je sais, ça semble tellement évident, mais je n’y avais jamais pensé). Mon frère aîné m’a confirmé avoir entendu ma maman jurer à mon père, lors d’une dispute, qu’elle n’avait pas fait exprès. Ma maman a un peu délégué mon « maternage » à ma grande soeur, et j’ai du coup souvent rejeté ma mère. Aucune photo de famille où je figure. Pourtant, je sais que j’ai été aimée, je n’ai aucun doute là-dessus. J’ai quitté la maison à la fin de mes études, pour aller vivre au Venezuela. Rentrée 2 ans plus tard pour retrouver mon père dans le coma. Et à partir de là, j’ai vécu avec ma mère (autour de laquelle j’ai construit ma petite famille). Pendant longtemps, elle a été une aide alors que je travaillais à l’extérieur. Puis progressivement, mes enfants ont grandi et ma mère est devenue de plus en plus dépendante et est devenue une « contrainte », voire parfois une ennemie lorsqu’elle se mêlait de ma vie privée… mais bon, nous vivions ensemble. C’est surtout ça qui n’était pas « sain »! Elle est décédée il y a 6 semaines. C’est principalement moi qui l’ai portée jusque-là et j’ai vécu beaucoup de colère vis-à-vis de mes 7 frères et sœurs, c’est seulement maintenant que je vois que certains ont de la reconnaissance pour ce que j’ai fait pour notre (leur ?) mère. Elle m’appelait maman parfois. Nous vivions dans la maison de mon frère aîné. Elle a toujours voulu avoir sa propre maison mais ses parents lui ont refusé leur aide et… elle les a accompagnés jusqu’au bout. D’après une constellation – et le fait que maman ait subi un curetage avant ma naissance – j’ai su que j’étais probablement venue après une fausse couche. Il y en a peut-être eu d’autres. Une de mes cousines – jumelle – est décédée un an avant ma naissance. On m’a donné son prénom comme 2ème prénom. Beaucoup de gens qui ne me connaissent pratiquement pas, m’appellent par son prénom, c’est dingue. Je ne supporte plus les « Isabelle ». J’ai un énorme problème à trouver ma place… y compris dans mes couples. Je ne sais pas si je suis 9ème ou 15ème de ma fratrie…
    Un éclairage ? un conseil ?

  15. Bonjour à tous et merci pour ces partages!
    De mon côté, je vis dans les difficultés financières, même si je me suis toujours débrouillée et que je vis dans la confiance que je m’en sors toujours. Mais j’aspire à une sérénité, à pouvoir vivre dans une certaine insouciance, même si tout est « gérable ».
    Je suis le « petit numéro 8 » de mes parents. Née 7 ans après le 7ème… lors de ma conception, ma maman était paniquée à l’idée de tomber encore enceinte. J’ai su très tard, passé 40 ans, que je n’étais pas désirée (oui je sais, ça semble tellement évident, mais je n’y avais jamais pensé). Mon frère aîné m’a confirmé avoir entendu ma maman jurer à mon père, lors d’une dispute, qu’elle n’avait pas fait exprès. Ma maman a un peu délégué mon « maternage » à ma grande soeur, et j’ai du coup souvent rejeté ma mère. Aucune photo de famille où je figure. Pourtant, je sais que j’ai été aimée, je n’ai aucun doute là-dessus. J’ai quitté la maison à la fin de mes études, pour aller vivre au Venezuela. Rentrée 2 ans plus tard pour retrouver mon père dans le coma. Et à partir de là, j’ai vécu avec ma mère (autour de laquelle j’ai construit ma petite famille). Pendant longtemps, elle a été une aide alors que je travaillais à l’extérieur. Puis progressivement, mes enfants ont grandi et ma mère est devenue de plus en plus dépendante et est devenue une « contrainte », voire parfois une ennemie lorsqu’elle se mêlait de ma vie privée… mais bon, nous vivions ensemble. C’est surtout ça qui n’était pas « sain »! Elle est décédée il y a 6 semaines. C’est principalement moi qui l’ai portée jusque-là et j’ai vécu beaucoup de colère vis-à-vis de mes 7 frères et sœurs, c’est seulement maintenant que je vois que certains ont de la reconnaissance pour ce que j’ai fait pour notre (leur ?) mère. Elle m’appelait maman parfois. Nous vivions dans la maison de mon frère aîné. Elle a toujours voulu avoir sa propre maison mais ses parents lui ont refusé leur aide et… elle les a accompagnés jusqu’au bout. D’après une constellation – et le fait que maman ait subi un curetage avant ma naissance – j’ai su que j’étais probablement venue après une fausse couche. Il y en a peut-être eu d’autres. Une de mes cousines – jumelle – est décédée un an avant ma naissance. On m’a donné son prénom comme 2ème prénom. Beaucoup de gens qui ne me connaissent pratiquement pas, m’appellent par son prénom, c’est dingue. Je ne supporte plus les « Isabelle ». J’ai un énorme problème à trouver ma place… y compris dans mes couples. Je ne sais pas si je suis 9ème ou 15ème de ma fratrie…
    Un éclairage ? un conseil ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.