Quelles sont les conséquences d’un meurtre dans la famille ?

Un tel événement, qui implique victimes et persécuteurs, a des conséquences au delà des enfants et des petits-enfants. De plus, plusieurs descendants peuvent le porter.

Brunhilde et SigmundDans cet article, vous aurez droit à un peu de théorie et à quelques exemples réels.

Les conséquences systémiques d’un meurtre

Qu’est-ce qu’un meurtre ?

C’est souvent une mort réelle et quelquefois celle désirée d’un autre.

  • La plupart du temps, il est commis par quelqu’un qui a eu le choix. Ainsi un engagé de l’armée, officier ou sous-officier, un résistant, un républicain… participent à cette dynamique de meurtrier. Vous pouvez souvent le voir sur la personne, quand elle retient son avant-bras droit avec la main gauche, quand elle met ses 2 mains dans les poches ou derrière le dos.
  • Rarement, ce geste montre un avortement, qui représente aussi la mort désirée d’un autre.
  • Encore plus rarement, quand une personne se rend responsable de la mort d’autrui, dans le cas d’un accident de voiture ou d’une fausse couche, ayant consciemment refusé la naissance de l’enfant.

 Seule une constellation familiale montrera l’impact réel de cet événement.

Plusieurs systèmes sont impactés

Quand nous avons ce couple victime et persécuteur, la victime appartient au système du persécuteur et le persécuteur appartient au système de la victime. De plus, en cas de guerre, les relations entre camarades de combat entraîne une nouvelle identification possible.

Nous sommes vraiment dans la conscience et il n’est pas nécessaire de participer directement à l’acte. Dans le cas de résistants, certains descendants de personnes qui ont seulement passé des lettres ont été impactés.

Les conséquences systémiques

Voici les conséquences les plus courantes, l’expiation, des maladies psychiatriques ou plus légères.

L’expiation

C’est la conséquence la plus courante, surtout dans le cas d’avortement. La personne qui expie croit rétablir l’équilibre en souffrant. Dans un autre cas, la personne avait développé un cancer, voulant inconsciemment rejoindre ses victimes qui l’attendaient.

Des maladies psychiatriques

Un descendant peut s’identifier à la victime, au persécuteur ou aux 2 :

  • Dans le cas d’identification à la victime, il pourra devenir paranoïaque ou subira des violences de la part d’autres personnes.
  • Dans le cas d’identification au persécuteur, sa conscience la protègera en devenant autiste. Le corps empêche la personne de devenir violente.
  • Dans le cas d’identification aux 2, la personne vivra une confusion en devenant schizophrène, .

Je n’ai pas assez de recul pour connaître l’influence des constellations sur ces dynamiques. J’ai seulement pu le constater dans le cas de bégaiement et d’autisme.

Des maladies plus légères

Quelquefois, les conséquences sont un peu plus légères. 

  • Dans le cas d’identification au persécuteur, le descendant pourra être épileptique, sa maladie lui servant de fusible ou malade de la Sclérose En Plaques, son corps l’empêchant de devenir violent.
  • En cas identification aux 2, la personne s’automutilera, sera violente et se rongera les ongles ou deviendra bègue, la confusion étant dans sa langue et non dans sa tête.

La Bible signale Moïse comme étant bègue, ayant la langue embarrassée. il avait tué et caché dans le sable un égyptien qui avait frappé un juif.

Quelques exemples

Voici quelques exemples de cas réels, où plusieurs descendants sont impactés et reprennent des sentiments d’autres personnes.

Plusieurs descendants sont impactés

Voici un exemple réel d’un tel événement. Le père, officier, est mort tué au combat en Algérie, en présence d’un camarade de combat. L’hélicoptère arrivera trop tard à l’hôpital et le chirurgien n’a pu le sauver. Voici 4 intrications révélées en pointillés :

Meurtre

  • Un fils, identifié au « tueur », a une dynamique de persécuteur. Il rêvait la nuit qu’il tuait quelqu’un quand il était jeune.
  • Son fils, identifié à son grand-père, se mariera à une africaine et sera souvent malade quand il va en Afrique.
  • Un autre petit-fils, qui porte le nom du père mort, devient chirurgien.
  • Le fils du camarade de combat, identifié au mort, porte son prénom en 2e position. La femme du mort est sa marraine.

Et encore, nous ne voyons pas le système de la personne qui l’a tué, morte elle-aussi.

Des sentiments sont repris inconsciemment

Comme les sentiments sont forts, ils sont souvent repris :

  • Bert Hellinger cite le cas d’une personne allemande, baptisée dans une maison où une juive se cachait, qui a repris la peur de la personne qui se cachait.
  • Nous avons vu dans une constellation qu’un descendant pouvait prendre la colère d’un résistant qui a été sauvé par son père.
  • Je fus représentant d’une enfant de 10 ans qui avait peur des parents en colère d’un allemand tué par son arrière-grand-père résistant. La constellation rétablit le sommeil de l’arrière-petit-fils.

Dans tous ces cas, de réintégrer victimes et persécuteurs remet les 2 systèmes en paix.

Pour aller plus loin

Bert Hellinger a consacré 2 livres sur le sujet :

, , ,

Trackbacks/Pingbacks

  1. Blog 6: Chapitre 6, “Meurtres pour mémoire” – eoghantuohey - 9 mars 2016

    […] Quelles sont les conséquences d’un meurtre dans la famille ? […]

Laisser un commentaire