La violence de la non-violence

J’ai assisté récemment à un festival d’une semaine sur la Communication NonViolente en Pologne. Dans ses démonstrations, Marshall Rosenberg, l’inventeur de la CNV utilise 2 marionnettes, une girafe pour représenter un animal « non-violent » et un chacal pour un animal « violent ».

Girafe et chacalNe me sentant pas à l’aise avec les organisateurs et certains animateurs pendant ce festival, j’ai animé une constellation familiale pour comprendre sa dynamique de groupe. Le résultat ? Le festival de la non-violence est violent.

Le 10e festival de la CNV

Lors de ce festival, chacun peut proposer ou suivre des ateliers et faire partie d’un groupe d’empathie dans lequel il partage ses événements de la journée en mode Observation, Sentiment, Besoin et Demande typiques de la CNV. J’ai ainsi proposé des ateliers de constellations familiales, d’EFT et de CNV. J’ai voulu aussi construire un objectif commun par consentement le premier jour pour clarifier l’objectif d’un tel festival.

  • Certaines personnes furent très déçues de la construction de l’objectif commun en consensus, ayant voulu arriver à un résultat où toutes les personnes auraient été d’accord.
  • Ayant voulu ensuite participer à l’organisation du festival (créer des cercles de responsabilités sur des thèmes tels que les projets CNV, donner de l’empathie, résoudre les conflits…) mes propositions sont complètement tombées à plat « on a déjà essayé il y a 5 ans », etc..
  • De plus, en assistant à un atelier sur la justice réparatrice censé résoudre un conflit entre 2 personnes, je fus très déçu de son déroulement (pas de méthode, pas de débriefing général) et de l’absence de résultat. En faisant mes remarques à l’animateur, il se justifia par « on n’est pas obligé d’avoir un résultat ». Je compris par la suite que son besoin était un besoin de sécurité.
  • Heureusement, les autres ateliers que j’animais (CNV, constellation et EFT) me donnèrent satisfaction par la qualité de la relation lors de ces séminaires gratuits.

Je n’étais donc pas en paix avec l’organisateur et certains animateurs d’ateliers. Voulant en savoir plus, j’ai donc animé une constellation familiale sur le festival.

La constellation familiale sur le 10e festival de la CNV

J’ai commencé par mettre en place ma relation avec le festival, demandant à sa représentante de se placer où il voulait.

  • Nous étions face à face et la représentante du festival avait ses 2 mains dans les poches, signe de violence et de colère.
  • Croyant qu’elle était en colère contre moi, je lui demandais de dire « je suis en colère contre toi ».
  • Puis je demandais à une représentante de l’empathie de venir se placer. Elle se mis entre les 2, sa main droite vers le festival et l’autre vers mon représentant. Puis, elle baissa les bras spontanément. C’est alors que je compris…

Le festival de la CNV crée la violence pour engendrer la non-violence, pour que l’empathie puisse avoir lieu dans les groupes d’empathie, quand chacun parle des traumas qu’il a vécus dans la journée.

Cela m’a beaucoup soulagé, j’ai compris que la dynamique était systémique et non liée aux personnes.

En conclusion : être en paix avec victimes et persécuteurs

L’univers a besoin d’un certain équilibre. Un festival NonViolent a besoin de violence pour exister.

A la fin du festival, les représentants de l’organisation 2013 ont remis une girafe aux organisateurs du festival 2014 qui aura lieu au Danemark. En donnant uniquement la girafe, sans son compagnon de route, le chacal, la violence, l’exclusion du chacal, a ainsi été transmise.

Ainsi, si vous voulez prôner la bienveillance, soyez empathique d’abord avec les personnes violentes, avec les persécuteurs et non uniquement les victimes, comme c’est souvent le cas dans ces cercles « non-violents ». Et comme le dit Bert Hellinger :

Nul ne fait appel à sa bonne conscience pour faire le bien.

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

, , , ,

2 Responses to La violence de la non-violence

  1. Jasper 17 octobre 2013 at 10 h 25 min #

    Dear Michel

    I too was at the festival in Poland. We even spoke a few times and I really enjoyed your company, wisdom and your straightforward, efficient approach. Thank you so much for this text, and thank me for being able to read + understand French. I think your observations about the festival are spot on, and I admire how you went to work with the feelings these observations stirred up in you. Could you please send an English version of this text to this years’ organizers? I think the festival would benefit greatly from it. If you don’t feel safe enough in the English language, I can translate it for you.

    I would love to see you at the next festival in Sweden.

    Kind greetings

    Jasper (jasperderycker@gmail.com, Jasper De Rycker on Facebook)

    • admin 17 octobre 2013 at 11 h 18 min #

      OK Jasper, I will do a first translation I will send to you. Thank you for the offer, I appreciate.

Répondre à admin Click here to cancel reply.