J’accepte la vie qui est à l’intérieur de moi

Une cliente me dit : « j’aimerais avoir confiance en moi ».  Comme je lui demande dans quel domaine, elle me précise « dans mon activité professionnelle ». Elle voudrait créer un nouveau salon de coiffure.


Voici le récit de sa constellation, qui part d’une question professionnelle.

La représentante de la cliente et sa mère

Je lui demande de choisir quelqu’un pour sa mère et quelqu’un pour elle qu’elle place ainsi : la mère est derrière la fille.

Le fait de dire « la mère et la fille » au lieu de « la fille et la mère » a pour objectif de remettre de l’ordre. La mère est arrivée sur terre avant la fille. Je l’annonce avant sa fille.

La représentante de la fille essaie de s’appuyer à droite et la mère ne peut y arriver seule : la fille cherche son père, mort quand elle avait 21 ans.

La représentante de la cliente et son père

Je demande alors à la cliente de choisir un représentant pour son père, qu’elle place à sa droite en avant.

Ainsi, les 2 parents ne sont pas réunis et la fille ne peut pas s’appuyer sur son père. Je place le père, qui l’accepte, derrière la fille.

Je lui fais dire les paroles suivantes :

Même si je suis mort, tu peux t’appuyer sur moi.

Il est toujours possible de s’appuyer sur ses parents, même s’ils sont morts. Être adulte, c’est accepter la mort de ses parents, même s’ils sont vivants. Je demande à la représentante comment elle se sent. Elle me répond qu’elle se sent plus ancrée au sol. Je lui fais dire :

J’accepte de vivre sur terre et la vie qui est à l’intérieur de moi.

Je crée ainsi une association de la vie sur terre, qu’elle sent dans ses pieds, avec la vie donnée par les parents… début de la confiance en soi. Cette association d’une sensation physique avec une pensée, positive ou négative, est appelée ancrage en PNL.

La cliente, ses 2 parents et la mort

Comme la représentante se sent bien, je demande à la cliente de reprendre sa place.

Je l’invite à aller dans les bras de son père et elle pleure abondamment. Puis, je la fais se retourner et je place sa mort devant elle.

Comme elle ferme les yeux, je lui demande de les ouvrir et de dire à sa mort :

Quand le moment sera venu, je serais prête, d’ici là regarde-moi avec bienveillance.

Une personne qui refuse de voir sa mort se met en danger et veut inconsciemment mourir. Il est préférable d’avoir les yeux ouverts. Je fais dire au père :

Tu peux avoir des succès et des échecs, l’important, c’est de rester en vie.

Ainsi, elle accepte de prendre le risque d’avoir une nouvelle activité professionnelle. Et je clos la constellation familiale.

La dynamique familiale mise à jour

La cliente veut inconsciemment mourir pour rejoindre son père qui lui manque. Son manque de confiance… dans la vie et professionnellement vient du fait qu’elle n’ose pas s’appuyer sur son père mort jeune. La solution est d’accepter ses 2 parents, la vie à l’intérieur d’elle, de vivre sur terre et de voir sa mort en face.

La plupart du temps, l’activité professionnelle est plus en rapport avec le père qu’avec la mère. Dans cette constellation familiale, j’ai choisi d’aller dans son système personnel et non professionnel. C’est possible dans le cadre de constellation familiale. Sinon, dans le cadre de constellation uniquement professionnelle, il est préférable de rester dans le domaine professionnel.

Pour aller plus loin

Si vous avez des questions, laissez-moi un commentaire.

, , , ,

9 Responses to J’accepte la vie qui est à l’intérieur de moi

  1. didier 21 juin 2012 at 10 h 27 min #

    Salut Michel. Ah ! En lisant cet article je comprends mieux ton commentaire : « Amour de la vie est la confiance dans la vie donnée par les parents. » Je crois comprendre ton référentiel, à peu près. A un niveau il me parle, puisque je suis aussi praticien en constellations systémiques. Maintenant, mes pas m’amènent à aller au delà de « l’histoire » sur laquelle on s’identifie…tout en la vivant en conscience (là je te rejoins). Ces pas m’emmènent aussi à aller explorer un silence, un vide – qui dans ce que j’en vis est beaucoup plus concret que la plupart d’entre nous le crois. Pourquoi ? Parce qu’il porte tout et est la source, la seule âme qui existe réellement (Oh Oh !). Je m’amuse à te répondre dans des bonbons colorés en forme de tweets.
    Bien à toi mon ami.

    • admin 21 juin 2012 at 13 h 41 min #

      J’ignore ce qu’est la différence entre constellations familiales selon Bert Hellinger et constellations systémiques. Tu peux éclairer ma lanterne ?

  2. didier 23 juin 2012 at 8 h 58 min #

    Salut Michel, voici pour ta lanterne, mais je pense qu’en partie, tu l’utilises déjà. La vie s’organise autour de systèmes quels qu’ils soient. Ainsi, les C. familiales s’occupent du système familiale, les C. de structure – du système de l’objectif ou de la stratégie, les C. d’organisation – du système en entreprise. Tu peux mettre en image dynamique, le système de la maladie (physiologique comme psychique), le système énergétique, conceptuel…. J’appelle l’ensemble les constellations systémiques – c’est l’observation et la mise en communication de l’organisation systémique.
    Bien à toi
    DidierT

    • admin 23 juin 2012 at 9 h 21 min #

      Je n’ai pas tout saisi, tu peux me donner un exemple ? Si quelqu’un est malade, que mets-tu en scène ?

  3. didier 23 juin 2012 at 21 h 07 min #

    Salut Michel. Pour les éléments mis en espace, cela dépend de trois choses : les connaissances du praticien sur le sujet (médical, ici) – l’interview et l’objectif du demandeur (focus).
    Si le praticien ne connais pas la médecine, la mise en place la plus simple : Focus / le syndrôme / ce que le syndrome exprime inconsciemment + des éléments que je vais tiré de l’interview suivant le contexte de la maladie. Cela peut être des membres de la famille actuels, d’origine ou plus – cela peut être aussi un déclenchant (situation dans la vie du demandeur) et un programmant (situations parentales) – on pourrait ajouter, suivant le contexte un élément : « BNF à ne pas guérir », et+++
    Si le praticien connais la médecine, il peut adjoindre des éléments liés à la physiologie de la pathologie.
    Est-ce plus clair ?
    A plus

    • admin 8 juillet 2012 at 8 h 17 min #

      Pas vraiment, j’ai du mal à suivre et j’ai besoin d’un exemple. Si, par exemple, quelqu’un vient pour de l’agoraphobie, que choisis-tu comme représentants ?

  4. didier 8 juillet 2012 at 9 h 58 min #

    La possibilité la plus facile :
    Focus / Agoraphobie / Ce que l’agoraphobie représente dans l’inconscient du Focus

    Ensuite, suivant l’interview (je pense que tu connais) tu vas aller chercher d’autres éléments pertinents (exemple : Père / mère / une personne dans la généalogie / une situation …)

    Suivant cette interview tu pourrais ajouter : où se localise le syndrome (gorge – poumon…)

    Je ne peux te donner que des pistes et des pseudo-exemples vu que je n’ai pas un focus.
    En serais-tu un ?
    Bien à toi
    Didier

    • admin 8 juillet 2012 at 15 h 45 min #

      Je t’ai demandé le cas de l’agoraphobie car c’est un cas peu simple…. Habituellement, je prends :
      – un représentant pour l’agoraphobie, pour connaître le message du symptôme.
      – ou un représentant pour l’origine de l’agoraphobie pour résoudre l’intrication liée au système.
      Cordialement

  5. didier 8 juillet 2012 at 17 h 48 min #

    Salut Michel Sherlock Holmes,

    Merci de ta réponse, merci aussi de te découvrir en me montrant que tu avais déjà ton idée et que comme je pensais et tu l’utilisais déjà. Nous pouvons échanger cartes sur tables si tu veux. Ce que je me cache c’est avant tout à moi même, et comme je suis dans une dynamique de laisser derrière mes images de moi et me laisser vivre dans la joie présente, c’est ok pour moi.
    Ainsi je te dis à la prochaine et bonne continuation. Didier

Laisser un commentaire