Etes-vous un fils à maman ou une fille à papa ?

Ainsi s’appellent les enfants intriqués à un des partenaires précédents des parents : un fils rappelle le premier homme de sa mère ou une fille rappelle la première partenaire de son père. « Ils se croient tout permis » dit Bert Hellinger. Que constate-t-on lors des constellations familiales ? Quelles sont leurs dynamiques et les sentiments liés ? Quelles sont les solutions possibles ?

Nous avons un bel exemple sur la photo précédente

Regardez bien la place du père, de la mère et de l’enfant : la femme est à la droite du père et ne voit que son fils… qui regarde le photographe. Un fils à papa se croit tout permis, il est toujours le plus beau bébé du monde pour sa mère qui voit en réalité… le partenaire précédent. Voici l’arbre généalogique associé. 

Le fils à maman représente un partenaire précédent de sa mère

Les symptômes associés sont de l’eczéma rappelant l’ex-aimé : de l’allergie, de l’asthme, des problèmes de peau rappelant le contact précédent.

Bert Hellinger parle d’identification dans 100% des cas. Cette identification existe dans le cas de système précédent, d’enfant, vivant ou mort, avortement ou fausse couche, entre la mère et le partenaire précédent. Celui-ci est inconsciemment à la droite de la mère ou à la gauche du père. C’est aussi le cas si la relation précédente s’est mal terminée ou terminée à la légère. Le mieux est de vérifier en constellation familiale l’existence d’un tel lien.

Dans le cas de fille à papa, nous avons le génogramme suivant :

La fille à papa représente une partenaire précédente de son père

Le père verra alors sa relation précédente en regardant sa fille adorée. Et cela n’a rien à voir avec OEdipe.

Les dynamiques associées

La dynamique la plus courante est la colère de la mère contre la fille ou du père contre le fils.  Nous avons un déplacement de sentiment.

La colère de la mère contre la partenaire précédente change de destinataire.

Quelquefois, la fille va prendre cette colère pour l’exercer contre sa mère. Elle change de sens. Cela peut même aller plus loin dans le cas de 2 soeurs.

La soeur cadette prend la défense de sa mère

Les soeurs auront une relation épouvantable qui n’est que le reflet de la relation entre la mère et la partenaire précédente du père. De plus, la relation dans le couple peut se dégrader à la naissance de l’enfant chéri prenant toute la place, celle du parent qui n’est plus vu.

Les résolutions

Dans le cas de la mère, celle-ci peut dire à la partenaire précédente.

Tu étais là avant moi et je te dois le respect.

Et réciproquement dans le cas du père envers le partenaire précédent de la mère. Marlis Grzymek-Laule, qui m’a formé aux constellations familiales et avec qui j’ai écrit, 100 vies… 100 destinées : Comment intégrer le destin de ses ancêtres à l’aide de 100 constellations selon Bert Hellinger, ajoutait :

Et je te remercie de l’avoir préparé pour moi.

L’enfant a du mal à s’appuyer sur le parent de même sexe que lui. Là est pourtant la solution. Il peut dire au partenaire précédent :

Je te dois le respect et je sais que je n’ai rien à voir avec toi. Je sais qui est mon père (ou ma mère).

Et il peut s’appuyer sur ses 2 parents. Si vous voyez un fils à papa, imaginez son père derrière lui. Si vous voyez une fille à maman, imaginez sa mère derrière elle.

Avez-vous tout compris ? En cas de doute, laissez-moi un commentaire. 

, , , , ,

12 Responses to Etes-vous un fils à maman ou une fille à papa ?

  1. chihiroh 4 janvier 2013 at 0 h 17 min #

    Bonsoir, je n’ai pas vraiment saisi pour les filles a maman , pouvez vous m’expliquer s’il vous plait , mais egalement comment se liberer de cette relation sans passer par la psychanalyse, par exemple si l’on est fille a maman ,qu’on n’a toujours pas de petit ami et que l’on sent que l’on ne fait que remplacer qql d’autre aux yeux de notre mere (nous n’avons pas la possibilité d’assister a une constellation famiiliale ni les moyens)! Mercii de bien m’éclairer ! Merci encore

    • admin 4 janvier 2013 at 5 h 40 min #

      L’article parlait des « fils à maman » et des « filles à papa », non des « filles à maman ». Dans ce cas, il peut y avoir identification avec une personne (probablement une fille) qui manque à maman, une soeur une tante ou une grand-mère. Envoyez-moi votre arbre généalogique, je chercherai. Si vous voulez plus, j’ai un questionnaire plus fouillé.

  2. carine 12 février 2013 at 0 h 30 min #

    Bonsoir

    Je viens de lire quelques de vos articles, vos schémas, les résolutions, vos réponses comme la précédente. Je sens une gêne en lisant tout cela. Je vous lis et j´ai l´impression de lire une soi-disante Vérité « c´est ceci et pas cela » et puis vos « résolutions » me font un peu peur…où sont les nuances, les multiples différences entre les systèmes familiaux?
    Pensez-vous que les personnes qui liront votre site peuvent résoudre leurs maux en disant ces phrases sans faire de constellations? pensez-vous que vous pourrez « accompagner » la personne qui vous a écrit juste en regardant son arbre généalogique?….

    Je me permets de dire cela car je suis en formation Gestalt, j´ai participé à des constellations (avec Joan Garriga, en Espagne), regardé beaucoup de vidéos de Bert Hellonger, lu certains livres de ses livres, etc… je souligne tout cela pour vous dire que je suis « habituée » à un langage plus nuancé, plus respectueux, moins schématique.

    Voilà, c´est la première fois que je poste un commentaires sur un site d´accompagnement personnel ; j´en ai ressenti le besoin étant donné le goût étrange que m´a laissé cette lecture. Projections, peurs? je n´en sais rien mais je tenais à vous l´exprimer.

    Merci de votre compréhension
    Carine

    • admin 12 février 2013 at 10 h 43 min #

      Je suis très perplexe à la lecture de votre message. Pour plus de la clarté, j’aimerais deux précisions :
      – Quand vous dites : Je vous lis et j´ai l´impression de lire une soi-disante Vérité « c´est ceci et pas cela », pouvez-vous préciser ce que vous avez lu qui vous fait dire cela.
      – Quand vous écrivez : « je tenais à vous l’exprimer », qu’attendez-vous de moi ? Quelle est votre intention en l’écrivant ?
      Cordialement

  3. carine 13 février 2013 at 0 h 53 min #

    Bonsoir Michel,

    Oui je vais tenter de répondre à vos questions, avec un peu plus d´arguments qu´hier dans mon message. Je ne remets pas en question tout votre travail, loin de là. Certains points m´ont gênés et je vais essayer d´analyser le pourquoi. J´essayerai d´être la plus transparente possible, en n´oubliant pas de regarder les jeux de mon propre ego.

    Lorsque je lis votre article sur le suicide, voici les questions que je me pose:

    – une personne qui veut mourir veut- elle toujours espier? Il me semble que selon vous, c´est la seule raison.

    – « pour une femme, 1 ou des avortements en sont souvent la cause », vous écrivez bien “souvent” mais vous ne parlez pas d´autres causes.

    – « Je ne trouve pas l’âme soeur. Vous avez sûrement perdu un frère ou une soeur que vous cherchez à l’autre bout du monde, tout comme Charles Baudelaire ». Il y a beaucoup d´autres raisons qui apparaissent dans les constellations…

    – « Et comme les suicidés ont besoin d’être vus pour comprendre leurs gestes, ses descendants auront la même dynamique. Des descendants deviennent comédiens, hommes politiques, présentateurs de télévision, top-modèles pour être vus (…) Si vous êtes comédien, cherchez votre ancêtre qui s’est suicidé. C’est le thème du film The Artist »:
    1. je ne comprends pas “ pour comprendre leurs gestes”: qui veut comprendre les gestes de qui?
    2. Tous les comédiens ont- ils un ancêtre qui s´est suicidé? Selon vous, oui. En plus, si c´est le
    thème de The Artist, alors une raison de plus pour l´affirmer…
    3. « si vous êtes comédien, cherchez votre ancêtre qui s´est suicidé ». Cette phrase m´est dure à lire: pourquoi utilisez-vous un impératif? Êtes-vous si sûr que cela?
    4. Cette question m´amène à un autre point dont je voulais également parler… est-ce dû au style, au vocabulaire employé, au format « présentation -formation » mais je sens un certain manque de respect par rapport aux personnes, à leur souffrance, aux mystères de la vie… Voici quelques exemples:

    Un certain manque de respect:

    « C’est la suite de la série noire. Un descendant se suicide pour rappeler le premier cas vécu comme une injustice »: je me croirais dans une reconstitution de faits à la télé…. Où est le respect lorsque vous parlez de “série noire? Mise à part la question du vocabulaire employé, qui peut dire qu´un événement est « bon ou mauvais », que sait- on des mystères de la vie ? comme le dit si bien le conte taoïste du paysan chinois qui perd son cheval. Je joins le conte à la fin du texte.

    Vous parlez des “suicidés”; pourquoi ne pas parler des personnes qui se suicident? Il m´est dur d´entendre cela; je suis peut-être très sensible sur les mots qu´on emploie.

    « Des descendants des suicidés en masse du pays du soleil levant se suicident. » Que voulez –vous dire par “en masse”; nombreux? Très nombreux?

    Je ressens également un certain jugement moral:

    « La mère veut rejoindre les enfants morts. Elle ne les regarde pas. Elle a les yeux fermés et ne rend service à personne en expiant ». Je ne sais pas si le lire comme un jugement ou pas ?

    Tout comme les phrase suivantes : je n´arrive pas à savoir comment les lire. Je n´oublie pas que Bert Hellinger a été formé par les Jésuites et que les constellations ont été influencées par la religion.

    « Au début de la chaîne
    Une personne veut mourir pour expier. Elle se sent responsable de la mort d’autres personnes, qu’elle soit coupable ou non. Dans le cas d’expiation, la personne ne respecte pas les morts. Elle ne les voit pas et pense qu’en souffrant elle atténuera la souffrance du mort. C’est une illusion complète. De plus, la solution vient souvent de la victime »

    Je me suis posée la question si c´est le style des phrases ou bien le format du site (présentation des constellation en même temps qu´analyse didactique) qui accentuent ma gêne en lisant certains paragraphes. Peut-être.
    Quoiqui´il en soit, voilà, j´ai exposé mes arguments ; je me trompe peut-être dans mes analyses et j´ai essayé d´être consciente du jeu de l´égo au moment d´écrire.

    Pourquoi je tenais à vous le dire ? trois réponses me viennent à l´esprit :
    – dernièrement j´ai vu des thérapeutes qui interprètent, à mon avis, trop rapidement, qui savent où allez avec la personne qu´ils accompagnent et je pense que c´est une erreur dans laquelle on tombe facilement ; moi la première lorsque je suis en formation. J´apprécie qu´on me le dise et donc je préfère le souligner lorsque je le remarque.

    – Je me suis rendue compte que j´ai pris la position de « sauveuse » des gens qui entrent dans votre site sans connaître les constellations familiales. Ils peuvent être destabilisés et/ou penser qu´en disant les phrases des résolutions, le travail sera fait… Et ce n´est pas non plus en envoyant son arbre généalogique qu´on pourra savoir si on est « fille à papa »… j´ai fait un stage d´une semaine en psychogénéalogie avec Francine Baraban et je sais que l´interprétation du génogramme nécessite la présence de l´intéressé et est longue.

    – Je pense aussi que je suis dans une période de questionnements sur ce que je lis et ce que j´apprends indépendamment de l´auteur ou du thérapeute, de s´il est connu ou non. Et je me laisse guidée par mes expériences, mes lectures et mon intuition. Et là, j´ai senti le besoin de vous écrire. Je ne cache pas que mon égo est relativement fier d´avoir pu remettre en question (tout en sachant que ma lecture est subjective) certaines de vos phrases, d´un spécialiste renommé comme vous. J´en suis consciente.

    Si je continue dans la transparence: mon intention? que vous répondiez, si vous le souhaitez, car j´ai peut-être fait des erreurs d´interprétations.

    Je vous remercie de vos questions qui m´ont permis de clarifier mes points de vu en allant chercher dans mes lectures ou ma mémoire et d´essayer d´être le plus transparente possible.

    Cordialement
    Carine Bordeux

    Le conte chinois
    Dans un village, un homme très pauvre ne possédait qu’un cheval. Un jour, le cheval disparut. Les gens du village lui dirent : « C’est terrible, quelle malchance! Votre seul cheval a été volé! » L’homme pauvre, mais très sage, répondit : « Je ne sais pas si c’est bien ou si c’est mal. C’est la vie. » Puis il ne s’en préoccupa plus…

    Quinze jours plus tard, le cheval qui n’avait finalement pas été volé mais s’était échappé revint avec une douzaine de chevaux sauvages. Les gens du village lui dirent : »Tu avais raison vieil homme, nous nous trompions en parlant de malheur. En réalité c’était une chance ». L’homme sage répondit : « Ne jugez pas à nouveau!Qui sait si c’est une chance ou non? ».

    Le vieil homme avait un fils unique. En dressant les chevaux sauvages, il se cassa les deux jambes. Les villageois revinrent encore et ne purent s’empêcher de juger. »Tu avais raison, ce n’était pas une chance, mais un nouveau malheur! Ton seul fils a la jambe cassée! » Le vieil homme dit : « Juger est une manie chez vous! Mon fils s’est cassé les jambes. Qui sait si c’est une chance ou non, c’est ainsi, c’est tout ».

    Quelques semaines plus tard le pays entra en guerre. Tous les jeunes furent envoyés se battre sauf le fils du vieil homme. Le village tout entier pleurait et dit au vieil homme. « Tu avais raison. Ton fils a peut-être les jambes cassées, mais il est resté prés de toi…nos fils sont partis pour toujours! » Que répondit le vieil homme sage? Je ne sais pas si c’est une chance ou pas, on verra bien ».

    • admin 13 février 2013 at 11 h 29 min #

      Je ne comprends pas toujours votre intention, votre objectif, ce que vous attendez de moi dans votre commentaire. Le besoin d’écrire ? Et quelle est votre demande ? Que je réponde ? A quelle question ? Voici quelques remarques…
      – Dans ma page « les symptômes », je fais le lien entre des symptômes et des constellations que j’ai animées. Libre à vous de ne pas accepter ce lien.
      – Libre à vous de penser que le suicide n’est ni bien ni mal, je le crois aussi. Néanmoins, si vous estimez que le suicide est une série « blanche » et heureuse à l’opposée d’une série « noire », je vous en laisse le droit aussi.
      – Quand vous écrivez « Je sens un certain manque de respect par rapport aux personnes, à leur souffrance, aux mystères de la vie… », qui manque de respect à qui ?
      – Quand vous écrivez « Je ressens également un certain jugement moral », qui juge qui ?
      En effet, il semble qu’il serait temps que vous fassiez la différence entre observation et jugement et que sortiez de votre dynamique de sauveuse par rapport à des personnes que vous ne connaissez pas.
      Je veux bien et j’ai du plaisir à répondre à des questions personnelles. J’ai beaucoup plus de mal à répondre à des questions théoriques ou philosophiques qui ne sont, la plupart du temps que des objections… Qui interrompent le mouvement, dit Bert Hellinger. En cas de doute, je vous invite à assister à une de mes constellations. A une condition, que vous fassiez silence avant d’émettre une objection et de copier avant une page de « oui ».

  4. Annie 13 mars 2015 at 1 h 12 min #

    Bonjour, mon fils fait de l’eczéma depuis l’âge de 3 mois, et aussi de l’allergie. J’ai été interpelé par le fait que çà peut venir du partenaire précédent de la mère; ce que je crois très possible dans mon cas, car j’avais souhaité un enfant avec cet homme là et il n’en voulait pas, ce qui avait entrainé une séparation (douloureuse). Ce n’est que bien plus tard que j’ai eu un fils avec un autre homme. Que puis faire (pour moi) pour que mon fils guérisse de cet eczéma et allergie ?
    Je dois dire que j’ai moi même eu beaucoup d’eczéma étant bébé. Bien plus tard j’ai compris que j’étais née à la date anniversaire de la mort du père de ma mère ( ma mère avait 11 ans à la mort de son père; elle l’aimait beaucoup et lui a manqué toute sa vie). Ma naissance était donc pour elle le souvenir et le chagrin d’avoir perdu son père !
    Merci beaucoup
    Annie

    • admin 13 mars 2015 at 8 h 27 min #

      Annie, « pour votre fils », et surtout pour vos relations de couple, il est important de « cicatriser » la première relation. Si vous avez de la détresse, ce qui semble être le cas, vous pouvez faire de l’EMDR. Sinon, les constellations familiales rétablissent efficacement l’ordre dans le système.
      Pour vous, je ne pense pas que l’origine soit la mort de votre GPM car vous êtes une femme et votre mère ne peut voir en vous son père. Cherchez ailleurs… plutôt du côté de votre père.
      Cordialement

Trackbacks/Pingbacks

  1. Nocturne indien et rêves humides | Comment être en paix avec sa famille ? - 17 décembre 2014

    […] est dans une dynamique de fils à maman,  identifié au père de Xavier. Il veut rester inconsciemment disponible pour sa mère. C’est […]

  2. Tartuffe ou la justice du Prince | Comment être en paix avec sa famille ? - 14 juillet 2016

    […] Orgon le fils vient en face de cet « agrégat ». Sa mère a du mal à faire la différence avec Dieu. Il est probable qu’elle ait connu quelqu’un avant le père qu’elle confonde avec son fils à maman. […]

  3. Prendre le parti de son père contre le compagnon de sa mère | Comment être en paix avec sa famille ? - 31 mars 2017

    […]  Voici un extrait du livre de Bert Hellinger Les fondements de l’amour dans le couple et la famille : Constellations familiales, portant sur la dynamique d’intrication avec un partenaire précédent de la mère, appelé aussi fils à maman. […]

  4. Zarathoustra, Dieu et la femme morte en couches | Comment être en paix avec sa famille ? - 13 septembre 2017

    […] Il est probable que Friedrich soit identifié à son grand-père paternel qui porte le même prénom et que son père Carl soit identifié au premier mari de sa mère, morts jeunes tous les deux et portant aussi le même prénom. Carl devait être un « fils à maman« . […]

Laisser un commentaire